La nouvelles presse numérique : une révolution

Je viens de découvrir la nouvelle presse numérique…

Je viens de découvrir la nouvelle presse numérique capable d’imprimer des livres à la demande, à partir d »un seul exemplaire. C’est l’entreprise ORSERY de Viroflay qui développe le concept et j’avoue que j’ai été bluffé, surpris, que dis-je ébahi, incrédule. Le résultat est époustouflant. La différence par rapport à l’édition originale est minime. Le rendu est spectaculaire et le livre est d’excellente qualité. Et 10 minutes suffisent pour obtenir un livre.
Tout le monde sera gagnant :
– l’éditeur qui ne sera plus inquiet pour décider s’il ne fera pas le tirage de trop, celui qui lui bouffera sa marge. Il pourra effectuer le ou les tirages importants sans se soucier des petites rééditions ou de l’épuisement du stock. Il sera gagnant à tous les coups sachant qu’il sera payé aussitôt l’achat du livre ;
– le distributeur qui ne s’occupera plus que de la distribution des gros tirages en carton de 50 exemplaires, sans se soucier des problèmes d’acheminement de l’exemplaire unique qui devrait être acheminé à la librairie X au fin fond du département Y. Amélioration du résultat par la suppression de dépenses destructrices de marge ;
– le libraire car son offre passera de 4 ou 5000 livres en stock à 100, 200, 500 000 titres, épuisés ou non, anciens ou récents… Plus de stock physique asphyxiant, qui bouffe la trésorerie. Livraison immédiate et ventes assurées, avec CA en hausse sans immobilisation de trésorerie ;
– l’auteur car il percevra aussitôt le livre payé ses droits d’auteur sans avoir à attendre plusieurs mois pour toucher (peut-être !) ses droits contractuels.
Tout le monde sera gagnant. Pourquoi ?
– Parce que le financement sera pris sur le coût du pilon qui avale d’une année à l’autre 140 à 150 millions de livres (5000 km si on met les livres côte à côte sur la tranche 😨😉) ;
– Parce que les surcoûts de transport inutiles pour livrer les petites quantités et les retours des livres non achetés seront éliminés ou au moins fortement réduits ;
– Parce qu’il ne sera plus nécessaire de surstocker pour éviter les ruptures ;
– Parce qu’on pourra re-dynamiser le marché du livre partout, car il en a bien besoin ou détriment d’A… qui bouffe tout, sans se préoccuper de la désertification des campagnes et des centres ville ;
– Parce qu’on aura plus besoin d’attendre 2 ou 3 jours pour avoir son livre. Il suffira d’attendre 10 minutes, soit le temps de boire un café pour avoir l’objet convoité ;
– Parce qu’on réduira le nombre de livraisons et donc la pollution atmosphérique… Et rien que ça, c’est une bonne nouvelle !
Les presses numériques seront proposées sous forme d’abonnement comme un loyer, entretenues par un réseau d’agents spécialisés. Plusieurs libraires, des centres culturels d’hypermarchés, des grandes surfaces culturelles sont d’ores et déjà intéressées. C’est une révolution qui s’annonce et qui va sérieusement permettre de revoir l’organisation du monde de l’édition. Pour le bien de tous !
Chaque livre est unique, numéroté et identifiable par un code barre et personnalisable avec une dédicace par exemple. Ci-dessous des photos de l’expérience et une comparaison du livre édité par la machine avec celui de l’édition originale. Et des livres édités comme des BD…
Révolution, vous dis-je, Révolution… 🙂🤔🤨😃

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *